Contexte

Le Gaz Naturel Véhicule BioGNV/GNV est une technologie mature et respectueuse de l’environnement. C’est une réponse pertinente face aux défis auxquels doivent faire face les acteurs du transport routier de marchandises et de voyageurs. En effet, cette technologie permet :

  • Tout d’abord, les véhicules GNV bénéficient à ce titre de la vignette Critair’1. Ceci contribue à la réduction des émissions de polluants locaux,
  • De plus, les véhicules GNV sont deux fois moins bruyants que leurs équivalents diesel. Cette technologie réduit la pollution sonore,
  • Ensuite, la solution BioGNV permet de réduire de 80 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport à une solution diesel. En outre, cette technologie lutte contre le réchauffement climatique,
  • Par ailleurs, les autonomies et les temps d’avitaillement présentent des performances satisfaisantes pour de nombreux usages ,
  • Enfin, la compétitivité économique de la solution reste conséquente. En effet, si l’acquisition d’un véhicule GNV présente un surcoût, le carburant est plus de 20 % moins cher.
Véhicule alimenté au GNV

Compte tenu de tous ces avantages, la programmation pluriannuelle de l’Energie présentée en 2020 fixe des objectifs ambitieux dans le développement des véhicules GNV : plus de 170 000 véhicules à horizon 2028, soit une multiplication par huit en neuf ans.

Enjeux de cet appel à projets

GRDF est un acteur de la transition énergétique et promeut l’utilisation du Gaz Naturel Véhicules (GNV) et dans sa version renouvelable le BioGNV. De plus, plus de trois cents stations Gaz Naturel Comprimé et BioGNC sont connectées sur le réseau de GRDF. Enfin, il existe une soixantaine de stations Gaz Naturel Liquéfié non connectées.

Ces stations non connectées s’alimentent par des transports en camion depuis les terminaux méthaniers (Fos, Montoir et Dunkerque). Les coûts de transport par camions sont très importants pour les territoires éloignés de ces terminaux. Par conséquence, la liquéfaction du gaz distribués par GRDF est une solution rapprochant ces stations des lieux de production. De nombreux acteurs de la filières s’intéressent donc à ce processus.

L’objectif de cet appel à projets est de déterminer la bonne échelle d’une liquéfaction du gaz distribué. De plus, il est recherché des solutions pouvant être compétitive par rapport aux coûts de transport par camion.

Enfin, les technologies des projets candidats pourront optimiser le bilan environnemental de cette liquéfaction.

Aspects pratiques

Les candidats ont jusqu’au 12 novembre 2021 pour déposer leur(s) projet(s) en complétant le formulaire ci-dessous. Un même candidat peut proposer plusieurs projets mais un seul sera sélectionné. Le ou les gagnant(s) de cet appel à projets seront accompagnés par GRDF dans la réalisation de leur projet à hauteur de 40 000 €.

Véhicule GRDF

Les projets seront évalués par GRDF selon les critères suivants :

  • Tout d’abord, le projet devra présenter un caractère innovant et original.
  • Ensuite, le projet devra démontrer de solutions fiables et sécurisées.
  • De plus, le porteur de projets s’engagera à réaliser un POC dans le 12 mois suivant l’appel à projets.
  • Enfin, la solution présentée devra être duplicable à d’autres territoires.

Les projets seront présélectionnés selon ces critères objectifs puis examinés devant un jury, qui annoncera ensuite le ou les gagnant(s). La sélection du ou des vainqueur(s) fera l’objet de communications de la part de GRDF.

Le dossier de candidature (pièce jointe à télécharger dans le formulaire ci-dessous dont la taille ne doit pas excéder 10Mo) devra comporter les éléments suivants:

  • la solution technique et commerciale pour liquéfier : 50 t, 100 t et 150 t de GNL par jour conforme à la norme FR EN 16 723-2 avec désodorisation du gaz (captage du THT) et stockage tampon,
  • un planning prévisionnel de mise en service,
  • une présentation économique du projet présenté,
  • la fourniture et l’installation de la solution,
  • les coûts de maintenance préventive et curative de la solution,
  • la durée de la garantie de la solution,
  • les coûts d’ingénierie.