À la suite de l’appel à projets “Dispositifs physiques et logiciels pour une supervision intelligente des installations de production de biométhane” lancé par GRDF en mai et juin 2020, une cinquantaine d’entreprises innovantes, laboratoires de recherche et de startups ont fait leurs propositions permettant une amélioration du monitoring des sites de méthanisation. 9 projets ont été choisies à l’issue de l’analyse des dossiers, et poursuivent le parcours de sélection.

Trois catégories ont été créées, 3 projets concernant les “capteurs”, 3 projets concernant des “logiciels ou interfaces homme-machine” et enfin 3 propositions concernant la “maintenance prédictive”. Nous vous proposons de découvrir chacun de ces entreprises innovantes dans une série d’articles.

La solution expliquée comme à une grand mère

Aujourd’hui, c’est la Journée Nationale de la Qualité de l’Air (NDLR nous étions alors le 16 Septembre), c’est l’occasion d’entendre beaucoup d’explications sur les méfaits de la pollution sur les citoyens. L’impact est très facile à appréhender, désormais nous savons mesurer précisément cette qualité de l’air à travers des capteurs qui transforment une mesure physique en données que l’on peut quantifier et analyser, que ce soit la qualité de l’air mais aussi la présence – et l’évolution- de gaz, de carbone, …

Notre solution combine différentes sources de données pour une analyse la plus globale possible. Des données dynamiques issues du trafic routier, des vents, de la météo ou géographiques comme la topologie de la ville … et également, de données provenant de capteurs que nous avons développé nous-mêmes, petits, précis, stables, ils peuvent être déployés très rapidement.

L’analyse peut être ultra précise, en temps réel, en utilisant les historiques et elle permet d’établir des prévisions sur 2 à 3 jours, en fonction des produits déployés.

Lorsque nous déployons la solution dans une ville, comme nous avons pu le faire à San Francisco, nous récupérons toutes ces sources pour les injecter dans notre système qui fusionne les données et permet d’effectuer un monitoring très précis de la qualité de l’air.

Notre approche a été de permettre un déploiement rapide et optimisé financièrement; nos capteurs propriétaires sont couplés à un système expert qui apprend. Nous sommes capables de cartographier la pollution à l’échelle d’un continent comme d’une rue !

De plus, nos solutions de monitoring indoor permettent de comprendre la relation entre la qualité de l’air extérieur et la qualité de l’air intérieur, nous pouvons ainsi proposer des recommandations d’optimisation au public en cas de niveaux de pollution trop élevés ou anormaux.

  • Le mot (concept) clé à bien comprendre

C’est la notion ‘Indoor-Outdoor’ : nous sommes les seuls à pouvoir proposer une solution qui fonctionne en intérieur comme en extérieur et permet de prédire et d’anticiper les problèmes de qualité de l’air à partir de données fusionnées.

  • L’argument clé, LA vraie différence, sur le marché

Nos capteurs sont ultra précis et consomment très peu d’énergie. Nos solutions – brevetées- intègrent un procédé d’auto-calibration qui permet d’obtenir une mesure stable dans le temps et qui garantit une durée de vie de plus de 10 ans .

Reconnaissance : Elichens a été sélectionnée par le laboratoire de référence mondiale Laurence Berkeley National Laboratoire pour les études sur l’impact de la pollution sur le public et benchmarké par le “Gas technology Institut” à Chicago comme LA solution répondant aux besoins de mesure de fuite de gaz pour les applications résidentielles et industrielles d’après un cahier des charges rédigé par les fournisseurs de gaz naturel américains.

LES PORTEURS DE PROJET

  • Cheminement jusqu’à la création de cette solution

Alors que j’étais basé en en Corée du Sud dans mon ancienne startup, j’étais déjà très sensible aux questions liées à l’environnement et à la qualité de l’air ; et il s’avérait que c’était également une demande du marché de trouver des solutions pour agir sur la pollution, analyser la qualité de l’air… Nous avons effectué une étude sur les marchés US, Européens, en Asie, … Étude qui nous a permis de bien comprendre les besoins et de rédiger un cahier des charges précis de ce que nous voulions concevoir. Avec ce cahier des charges, nous avons rencontré les laboratoires de recherche les plus en pointe et noué des contrats de partenariats avec eux. Avec le CEA-LETI, à Grenoble, nous avons mis en place un laboratoire commun dédié aux développements de la nouvelle génération de capteur optique NDIR. Avec le M.I.T, à Boston, nous travaillons sur les capteurs pour mesurer les particules fines, les plus nocives. Nous avons d’autres travaux en cours, sur la mesure du pollen. Avec le Laurence Berkeley National Lab, de Berkeley en Californie, nous collaborons sur le traitement de l’information et sur l’impact de la pollution sur les gens.

Nous avons construit une offre à partir des différentes technologies initiées issues dans ces laboratoires, la moitié de nos 35 collaborateurs sont Docteurs en mathématique, en optique, ou sur des sujets qui concernent les couches applicatives

Notre savoir faire est de développer et de rajouter nos propres innovations à des solutions provenant des travaux de recherche dont les niveaux de maturité marché étaient bas, puis de les industrialiser, les fiabiliser, les certifier (nos solutions sont certifiées Atex et peuvent utiliser en milieu explosive). En bref, ne pas réinventer ce qui existe déjà et rendre commercialisables des technologies issues de nos collaborations avec les laboratoires de recherche de référence.

  • Les enjeux, le parcours, les associés et partenaires …

La qualité de l’air est un sujet de société majeur : 50 000 morts en France lui sont reliées. Il y a urgence à agir, à disposer de solutions de suivi et de recommandations. Il y a beaucoup de besoins sur un marché de plus en plus réglementé et en parallèle, c’est un domaine sur lequel de nombreux chercheurs travaillent.

Mon expérience antérieure, ma formation plutôt business, mon goût pour l’innovation, la technologie, l’univers de start up m’a motivé à engager cette aventure. En tant que CMO (Chief Marketing Officer), mon job est de mettre sur le marché l’offre répondant exactement aux besoins de nos clients. Je suis basé à San Francisco puisque l’essentiel de nos clients est aux Etats Unis (Honeywell, Daikin, …)

Wahid Issa et moi-même avons créé eLichens. Docteur en Physique, Wahid a occupé divers postes de direction en France et à l’étranger au sien d’entreprises américaines avant de rejoindre mon ancienne startup. Lors de la vente de cette dernière, nous avons décidé de créer eLichens afin d’agir pour l’environnement.

Le truc qui les passionne

Développer des innovations utiles.

Le fait de créer un projet en partant de zéro, en faisant adhérer des financiers, des collaborateurs, des clients parfois juste sur le récit d’une idée et d’en faire un projet d’entreprise qui offre des solutions robustes et innovantes.

L’idée reçue qui les exaspère

Ce n’est pas une idée reçue mais une situation récurrente: pour les start up, quand on travaille avec des grands groupes, en particulier en Europe, on a le sentiment qu’il faut toujours repartir de zéro, rassurer, refaire ses preuves alors qu’on a déjà fait tout ça.

L’AVENIR

  • Ce que représente la sélection par GRDF

Une mise en application dans un cas précis identifié, le process de méthanisation ; C’est pile poil le type d’applicatif qu’on peut adresser avec nos solutions chez eLichens; c’est un marché nouveau qui va devenir important: une énergie eco friendly, qui permet le recyclage … c’est vraiment l’avenir

Et puis, GRDF, c’est une super référence en Europe.

  • Les grands défis du secteur en général

Il y a urgence à agir, il faut donc offrir au marché des solutions rentables économiquement et viables, qui permettront de détecter des fuites, d’optimiser les processus, de gagner en productivité.

  • Et plus particulièrement, leurs principaux enjeux pour demain ?

Notre techno est mature, nous sommes capables de lancer la fabrication industrielle et de déployer rapidement nos solutions.

La qualité de l’air est un enjeu partout dans le monde, en revanche, la réglementation est différente selon les pays concernés, de même que les outils de mesure: une uniformisation serait vraiment bénéfique !

CLIN D’OEIL // EXPERIENCE ENTREPRENEUR

  • Ils vont pitcher devant le jury GRDF prochainement, ce n’est sans doute pas la première fois. Une anecdote à partager ?

Je pitchais devant une centaine d’investisseurs. Nous étions sur une scène en hauteur et la start up juste avant moi avait présenté sa solution, un très gros objet et l’avait posé sur la scène et moi, j’arrive derrière et je dépose alors mon petit capteur de 2cm sur la scène, tout petit à côté, qui tenait dans ma main, . Les participants se penchaient pour voir… Quand on pitche, on essaie de capter un auditoire, souvent blasé et à priori critique: il faut à chaque fois trouver le moyen de rendre le pitch attractif, cette situation un peu comique a détendu l’atmosphère et a marqué les esprits : si petit et si performant !

  • Première pensée chaque matin ?

A San Francisco, je regarde l’état de la qualité de l’air en me demandant comment on va passer les pics, nous sommes dans la période des feux de forêts en Californie et les seuils d’alerte à la pollution sont très souvent dépassés. Dans certains endroits du monde, c’est une préoccupation quotidienne.

  • Première véritable satisfaction professionnelle

C’était en octobre 2019, à la sortie des 1000 premiers capteurs de la chaîne de production, certifiés Atex, packagés dans une belle boîte … après 3 ans de hauts et de bas, de challenges permanents avec les équipes, les clients, les financiers… c’est une satisfaction énorme et unique ! On mesure le chemin parcouru entre le papier et le prototype en alu, quand quelques années après, on voit les produits, les bancs de calibration à Grenoble, la certification …

  • Le meilleur encouragement que jamais reçu ?

Si les règles t’empêchent de progresser, bats-toi pour les changer

  • Le mantra ?

Ne limite pas tes défis, défie tes limites

  • Une qualité personnelle

La persévérance ! La volonté farouche, dans l’adversité, de surmonter toutes les difficultés.

  • Un petit message pour séduire le jury ?

N’hésitez pas à nous sélectionner: une startup française de Grenoble qui commercialisent ses solutions dans le monde, reconnue par les plus grands acteurs du marché.