A la suite de l’appel à projets “Dispositifs physiques et logiciels pour une supervision intelligente des installations de production de biométhane” lancé par GRDF en mai et juin 2020, une cinquantaine d’entreprises innovantes, laboratoires de recherche et de startups ont fait leurs propositions permettant une amélioration du monitoring des sites de méthanisation. 9 projets ont été choisies à l’issue de l’analyse des dossiers, et poursuivent le parcours de sélection.

Trois catégories ont été créées, 3 projets concernant les “capteurs”, 3 projets concernant des “ logiciels ou interfaces homme-machine ” et enfin 3 propositions concernant la “maintenance prédictive”. Nous vous proposons de découvrir chacun de ces entreprises innovantes dans une série d’articles.

LA SOLUTION expliquée à une grand-mère  

Notre solution est basée sur un principe de mesure qu’on peut rencontrer couramment dans toutes les maisons: le tube à néon, appelé scientifiquement tube à décharge.  

Le principe est simple : la tension excite le gaz, ce qui provoque une couleur. Chaque gaz a sa propre couleur et dans le cas du néon, c’est le blanc. Dans ce contexte physique, la couleur devient une identité du gaz. 

Notre principe est donc de provoquer une émission de couleurs dans un mélange de gaz pour les identifier et mesurer leurs concentrations, via un petit capteur (1cm sur 3) qui prélève le gaz et une caméra qui réalise une photo de cette lumière et permet d’en décrypter la composition. 

Le mot (concept) clé à bien comprendre  ? 

«​ Multi gaz​ » :  notre capteur mesure en simultanée les concentrations des gaz dans un mélange et ce, quel que soit le mélange.  

L’argument clé, LA vraie différence, sur le marché ? 

En fait, notre principe est « unique » et il est polyvalent :  notre capteur n’est pas spécifique pour un mélange donné, il peut être calibré pour n’importe quel mélange gazeux, que ce soit  

  • sur le type du mélange 
  • sur le nombre de gaz à mesurer 
  • sur la précision à obtenir, jusqu’au PPM. Selon le besoin de précisions, nous adapterons le type de caméra CCD pour qu’elle délivre les éléments pertinents pour l’analyse  
  • sur le niveau d’investissement adapté aussi : il garantit un coût raisonnable à l’achat comme en exploitation. Comme le capteur est toujours identique quelle que soit l’application métier, il n’est pas coûteux 

à produire, c’est principalement la caméra qui ​ change. Par ailleurs, la​ mesure optique est stable dans le temps, il n’y a pas de re calibration,  ni d’usure , la maintenance est simple comme le remplacement d’un filtre pour protéger la caméra des impuretés, ce que tout le monde peut faire. Et puis, il est  également « portatif »  

Nous avons fait le choix de développer 2 capteurs avec 2 fonctionnements distincts : 

  • EasyTuse qui est destiné à analyser en continu la qualité du biogaz à la sortie de chaque digesteur en fonction des intrants. Il surveille également s’il y a des fuites avant l’étape de filtration. Son prix doit rester faible pour permettre de le déployer à chaque sortie des cuves d’enfouissements. Il est conçu pour fonctionner dans un environnement IOT. 
  • PolyProSS  a vocation à  être polyvalent dans toutes les autres étapes, au travers de mesures rapides et fréquentes (toutes les 5 à 30 secondes suivant besoin), il effectue le suivi de la composition du méthane tout au long de son traitement par la mesure simultanée de 14 composés gazeux dont des gaz traces avec une haute précision en PPM et %.  
  • Il garantit à l’exploitant, un suivi rapide du niveau de qualité ou de « pureté environnementale » du biogaz livré à l’opérateur de réseau et également de détecter des fuites. Comme il est portatif, il peut être déplacé sur de petites exploitations si nécessaire. La certification ATEX est possible. 

LES PORTEURS DU PROJET : Parcours, associés, partenaires cheminement jusqu’à la création de cette solution 

Catherine Bellet &  Gabriel Portillot  ont créé Partelec en 1989 autour d’un partenariat avec Mitsubishi Electric pour distribuer en France des cartes mémoires dédiées aux appareils soumis à des contraintes vibratoires dans lesquels les disques durs magnétiques sont difficilement utilisables pour  stocker des données ou programmes. Puis toujours à l’international, nous sommes devenus importateurs des premiers smartphones…  

A ce moment là, notre sentiment était que le marché de l’importation était volatile et instable et donc  dangereux pour une entreprise à terme.  

En 2010, nous avons pris la décision de développer notre propre recherche pour créer notre propriété intellectuelle.  

Nous avons tous les deux un background technique, Gabriel est ingénieur matériel et logiciel et nous nous sommes entourés de personnes aux expertises hyper pointues pour lancer  la conception de nouveaux produits. En imagerie médicale au début, plus particulièrement sur des solutions de télémédecine permettant un diagnostic médical distant : on voit  déjà, sur ce premier projet, la question du traitement d’images sans perte perceptuelle. ​ En santé, les exigences en termes de qualité de​ restitution, de compression et d’affichage des images, doivent être démontrées par des essais cliniques effectués par des professionnels de santé.  

Tout ceci nous a imposé une maîtrise totale et vérifiable de nos outils et logiciels d’optronique … qui  nous a permis d’aboutir à la conception optique de notre capteur multi gaz. Par la suite, nous avons été retenus pour concevoir et réaliser une plateforme virtuelle centralisée intégrant une console de diagnostic en mode télémédecine pour des électro encéphalogramme de nouvelle génération. Ce parcours nous a assuré aujourd’hui la compétence de savoir proposer une automatisation des mesures combinée à une centralisation de nos résultats capteurs. 

Nous avons donc investi 10 années en projet de recherche collaboratifs FUI, CIFRE et 

FEDER. Ces projets collaboratifs nous ont permis de côtoyer l’excellence pendant nos 10 années de R&D auprés des laboratoires  UMPC, ETIS, INSERM, LIS, AP-HP côté académique. Côté industriel, nous avons pu collaborer avec différents acteurs de référence :  pour le capteur, TELEDYNE OLDHAM SIMTRONICS, pour la partie double compétence métiers « Terrain » et Technologique, nous sommes accompagnés par GaiaNnov.  

Les grands enjeux auxquels Partelec souhaitait répondre:  

Notre travail de recherche et ses applications concernent globalement les secteurs de l’énergie et leurs impacts : l’automobile avec la surveillance des gaz polluants, la pollution dans l’air, le secteur pétrolier avec la surveillance des gaz à risque tel que H2S, le secteur Énergie tel que le gaz naturel pour la production d’électricité avec ou sans Hydrogène, le secteur des Biogaz tel que la méthanisation… Partout où il y a des gaz à contrôler. 

Dans le contexte des Biogaz, le sujet central est celui de la surveillance de la chaîne de méthanisation, avec un enjeu d’automatisation de la chaîne complète pour que les acteurs puissent appréhender toutes les contraintes qu’ils ont à gérer et, de fait, un  besoin de  capteur pour mesurer et collecter les informations nécessaires.  

Le truc qui la passionne  

Je suis investie sur ces projets depuis 10 ans, c’est vraiment ce qui m’anime: réussir la démonstration que la technologie de rupture de notre capteur peut résoudre des problématiques actuelles d’expertises métiers. Je veux convaincre de grands acteurs d’investir sur cette technologie et de la déployer. 

  • L’idée reçue qui l’exaspère  

Ce n’est pas une idée reçue mais plutôt un décalage entre d’un côté notre enthousiasme, notre conviction que notre solution est fonctionnelle, efficace, adaptée aux besoins et de l’autre,  toutes les étapes à franchir encore pour convaincre qu’il faut miser dessus pour passer le cap du prototype. Nous avons obtenu l’approbation Crédit Impôt Recherche, c’est un argument de poids ! 

L’AVENIR  

  • Ce que représente la sélection par GRDF  

Être convaincue que votre solution ne suffit pas, l’appui d’un grand acteur comme GRDF nous est nécessaire pour obtenir des financements clients complémentaires ou d’investisseurs pour industrialiser et déployer notre produit. 

Ce grand projet est une convergence de nos compétences majeures que nous sommes très excités de mener à bien.  

  • Les grands défis du secteur en général 

Les exigences gouvernementales obligent les industriels de ce secteur à évoluer et à investir en automatisant toute leur chaîne de méthanisation pour accroître leur production d’énergie verte. Il faut accompagner ces exigences notamment de respect environnemental mais aussi de baisse de coût, avec des capteurs capables d’être efficients de bout en bout,  de contribuer à des gains de productivité, de surveiller tous les composés, d’adresser toute la chaîne de méthanisation avec un process accessible à tous, en termes d’expertise et de coûts.    

  • Et plus particulièrement, leurs principaux enjeux pour demain ?  

L’enjeu pour nous est d’ordre financier puisque les verrous technologiques ont déjà été levés.  La Certification ATEX est une étape importante, nous savons déjà technologiquement comment l’obtenir.  

Nos investissements techniques étant terminés, nous sommes prêts et disposons d’un démonstrateur pour entreprendre et mener à bien les adaptations métiers demandées par nos futurs clients.  

CLIN D’OEIL // EXPERIENCE ENTREPRENEUR  

  • Première pensée chaque matin ?  

Une sensation plus qu’une pensée: je ressens une forme d’impatience de voir se concrétiser cet aboutissement !  

J’ai hâte de passer à l’étape suivante, de rencontrer des personnes à l’écoute, créatifs, qui n’ont pas peur de parier sur la nouveauté et qui acceptent de prendre un peu de temps pour aboutir à une solution bien adaptée. Il nous faut un an, c’est court mais lointain pour ceux qui cherchent du clé en mains. 

  • Première véritable satisfaction professionnelle /  meilleur encouragement jamais reçu ?  

Sur notre tout premier projet de recherche FEDER,  nous avons reçu un financement de la commission européenne. Au delà de l’intérêt financier, j’y ai vu une reconnaissance de l’intérêt de nos travaux pour la collectivité. J’ai pris ça comme un encouragement, qui dépasse l’entreprise, … avec une  notion de bénéfice commun 

  • Votre mantra ou la phrase que vous répétez souvent  Ne lâche rien ! 
  • Une qualité personnelle qui vous définit bien  : La pugnacité 
  • Un petit message pour séduire le jury ?  

Nous sommes très fiers des opportunités « Terrains » que peut apporter notre capteur à l’industrie du Biogaz . Les professionnels de ce secteur ont besoin d’un biogaz maîtrisé plus compétitif pour répondre au besoin de la transition énergétique  

Nous avons besoin de GRDF pour trouver « LE » bon partenaire : vous pouvez aider une entreprise française à valoriser le potentiel de son nouveau capteur dans des applications difficiles à résoudre avec les solutions actuelles.