C’est une riche moisson qui a été réalisée lors de l’appel à projets visant à identifier des solutions performantes de décarbonation de l’industrie. Pas moins de 19 dossiers ont été reçus par GRDF. Après analyse approfondie des propositions et de la valeur qu’elles pouvaient apporter aux industriels dans leur trajectoire vers la neutralité carbone, le jury a désigné 5 lauréats. 

Ces entreprises se partageront une enveloppe de 120 000 euros qui leur permettra d’avancer concrètement sur leur développement. Mais surtout, elles profiteront de l’accompagnement de GRDF sur la durée, en vue d’accélérer l’émergence de ces produits innovants. C’est en effet un partenariat de long terme qui s’engage, grâce auquel les lauréats pourront profiter de l’écosystème de GRDF et de sa connaissance fine des marchés. Pour les plus matures : un suivi d’au moins deux ans pourrait être envisagé afin de passer du concept à la prescription, après réalisation de tests terrain permettant d’éprouver ces solutions en situation réelle et d’en valider la pertinence technico-économique pour des entreprises industrielles.

Des technologies innovantes pour décarboner l’industrie

Trois thématiques étaient ciblées par cet appel à projets – les technologies optimisant l’efficacité énergétique, la récupération de chaleur fatale et le captage/stockage/utilisation de CO2 (CCUS). Les entreprises lauréates interviennent principalement dans le champ de la récupération de la chaleur fatale. Un sujet particulièrement urgent à explorer puisque l’industrie française représente un gisement de 109,5 TWh – soit 36 % de sa consommation de combustibles – dont 52,9 TWh perdus à plus de 100 °C (source Ademe – La chaleur fatale 2017). Ce potentiel d’économie d’énergies colossal représente des enjeux à l’échelle de l’entreprise (gains économiques, compétitivité, réduction des GES), mais aussi de son territoire (répondre aux besoins de chaleur d’autres acteurs, politique de maîtrise de l’énergie) et du pays (indépendance énergétique, respect des engagements environnementaux, développement industriel). Utiliser ce potentiel est déterminant pour atteindre les objectifs de neutralité carbone. Selon le principe de Lavoisier qui affirme que « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », la valorisation de la chaleur fatale constitue un levier encore trop peu exploité dans la décarbonation de l’industrie.

Quelles innovations portent les 5 lauréats de l’appel à projets ?

Au cours des prochaines semaines, nous dévoilerons régulièrement les technologies inventées et développées par les 5 lauréats de cet appel à projets

  • Entent : solution de production d’électricité à partir de chaleur basse température (entre 60 et 150 °C). Cette techno, nommée Pulse, mettant en œuvre un nouveau cycle thermodynamique a été qualifiée d’innovation de rupture par BPI France.
  • H2P Systems : solution deep tech de tri-génération (air comprimé, électricité et chaleur) à partir d’un flux chaud ou d’un combustible gazeux. Low tech, elle offre un retour sur investissement rapide sur de petites unités et s’adapte également à des sites industriels produisant de grands volumes de chaleur fatale.
  • Hevatech : le procédé Turbosol est basé sur la conversion de l’énergie thermique en énergie cinétique. Il permet la production d’électricité, de chaleur et de froid (logique de tri-génération), à partir de chaleur fatale, avec des coûts d’investissements et d’exploitation réduits.
  • Spark Cleantech : cette start-up deep tech développe une unité décentralisée de production d’hydrogène par un procédé innovant : la dissociation plasma froid pulsé. La pyrolyse de méthane ou le reformage de biogaz brut sont réalisés à partir d’électricité verte, sans émissions de gaz à effet de serre. C’est, de cet appel à projets, l’entreprise qui a le niveau de maturité technologique le plus faible (TRL 3).
  • Water Horizon : la technologie repose sur une batterie capable de récupérer la chaleur fatale industrielle, de la stocker sans déperdition sur le long terme et de la distribuer pour un consommateur distant sous forme de chaleur ou de froid. Ce stockage thermique est associé à une PAC absorption permettant de produire ce froid.